Développement économique local : le cruel dilemme des élus de la communauté de communes

Depuis longtemps les finances publiques locales sont mises à contribution pour le développement économique :

  • Aménagement de zones d’activité,
  • Constructions de bâtiments industriels pour le compte d’entreprises privées,
  • Subventions d’équipement,
  • Dégrèvements fiscaux…

La concurrence entre les territoires, la promesse de création d’emplois, voire le chantage à l’emploi poussent les communautés de communes, dans le cadre de leur compétence économique, à mobiliser l’argent public dans l’espoir de retombées bénéfiques pour leur territoire :

  • Création ou maintien de l’emploi,
  • Dynamique économique,
  • Ressources fiscales nouvelles.

Ces politiques ne sont pas sans risque, même pour Nogent-le-Rotrou.

  • Ainsi, en 2012, le bâtiment construit et financé par SYVAL (aujourd’hui communauté de communes du Perche) pour 5.2 millions d’euros, ne sera occupé que deux mois par l’entreprise BLUEWEB  pour qui le bâtiment avait été construit. Ce bâtiment est toujours à vendre par la CDC du Perche, l’argent public a remboursé les emprunts mais sans recette de location en contrepartie !
  • En 2018, la CDC du Perche a porté la rénovation des abattoirs de Nogent-le-Rotrou, pour l’entreprise VALLEGRAIN, promettant à terme 166 emplois sur le site. Coût supporté par la CDC du Perche : 4.2 millions d’euros. Quelques mois après être entrée dans les locaux, en octobre 2018, VALLEGRAIN déposait son bilan. En décembre 2020,  l’entreprise a bénéficié d’un plan de continuation devant lui permettre de poursuivre son activité.  Qu’en est-il des emplois promis ?

Un nouveau dossier traité en 2020 par la CDC du Perche permet de mesurer les contraintes qui pèsent sur les épaules des conseillers communautaires :

EURO WIPES : construction d’une nouvelle usine sur le site de Nogent-le-Rotrou

EURO WIPES sollicite les collectivités (CDC du PERCHE et RÉGION)  pour construire et financer l’usine (coût : 4.2 millions d’euros) qu’elle prendra ensuite en location. EURO WIPES annonce la création de 80 nouveaux emplois.

QUI EST EURO WIPES ? 

Implantée sur la zone industrielle de L’Aunay, l’entreprise réalise, en 2019, un chiffre d’affaires de 31 millions d’euros et un résultat net de 0.5 millions d’euros. Elle fabrique des lingettes, disques de coton et masques visage imprégnés en tissu. L’entreprise annonce employer près de 150 personnes.

A QUI APPARTIENT EURO WIPES ?

EURO WIPES appartient au groupe ANJAC, détenu par Aurélien CHAUFOUR (président du conseil d’administration) et à sa famille, faisant partie des 500 plus grandes fortunes de France (343ème suivant le classement Challenge 2020) avec une fortune estimée à 250 Millions d’euros. Les résultats cumulés de la holding ANJAC sont pour 2018 et 2019 de 32 millions d’euros.

Voici donc le dilemme devant lequel se sont trouvés les élus de la communauté de communes du Perche :

  • Faut-il pour développer l’emploi sur notre territoire, financer avec l’argent public, les investissements de la 343ème fortune de France ?  
  • Si oui, quelles contreparties exiger : qualité de l’emploi, qualité environnementale et de développement durable de l’activité, engagement RSE (responsabilité sociale des entreprises), contrôle du nombre d’emplois réellement créés et pénalités si non respect…?

Dans tous les cas, les enjeux auraient valu un vrai débat lors du conseil communautaire du 16 novembre 2020 qui avait mis cette question à l’ordre du jour.

Aucun débat ! Aucune question !

Les élus communautaires sont-ils blasés ? 

L’utilisation de l’argent public ne mobilise-t-elle pas plus leur attention ? 

Ont-ils renoncé à affronter le dilemme que pose le financement public du développement économique et à porter des exigences pour notre territoire?  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *